Grip édition
Qui sommes-nous ? Contact Mon compte Panier 0

Précis d'analyse grammaticale et logique

Cécile Revéret

Précis d’analyse grammaticale et logique
Ce Précis, qui comporte de nombreux exercices et leur corrigé, fait essentiellement appel à la réflexion et récuse une analyse purement mécanique. En ce sens, s'il s'inscrit dans un courant grammairien classique, sa méthode est profondément novatrice.

Cécile Revéret a enseigné pendant près de 40 ans les Lettres Classiques en collège et en lycée.

23,00 €

Collection : Formation
Niveau : tous niveaux
Auteur : Cécile Revéret, professeur certifié de Lettres Classiques
Support : Ouvrage papier, 154 pages
Prix : 23,00 €
ISBN : 979-10-91910-07-1

PRÉCIS D’ANALYSE GRAMMATICALE ET LOGIQUE
Suivi de quelques tableaux de conjugaison et
de remarques concernant la prononciation
(Nombreux exercices et leur corrigé inclus)

Nombreux sont les jeunes maîtres et les jeunes professeurs qui nous ont fait part de leurs difficultés à enseigner la grammaire. Ce qu’ils ont eux-mêmes appris, en tant qu’élèves ou étudiants, les laisse perplexes et insatisfaits. Aussi avons-nous pensé réunir, en un ouvrage, les réponses aux questions qu’ils nous ont posées depuis plusieurs années.
Notre projet n’était pas de rédiger un manuel de grammaire exhaustif. Nous avons choisi de privilégier un domaine où la pratique d’un professeur expérimenté méritait d’être transmise : la maîtrise de deux exercices fondamentaux, l’analyse grammaticale et l’analyse logique. La première consiste à identifier la nature des mots employés dans une phrase et à comprendre leur rôle ; la seconde consiste à saisir l’articulation des propositions au sein d’une phrase.
On trouvera, dans des encadrés, la description et la critique des pratiques utilisées habituellement dans les classes. Notre approche est différente, fruit d’une longue expérience dans les collèges. Ignorant délibérément les critères formels comme la place des mots, elle sollicite avant tout la réflexion et fait appel à la recherche du sens de la phrase. Aussi notre point de départ est-il le verbe, noyau de la proposition. Selon qu’il s’agit d’un verbe d’état ou d’un verbe d’action, selon que l’action s’exerce ou non sur un objet, la phrase aura une construction particulière. Trouver l’objet de l’action, lorsqu’il existe, suffit généralement à donner un éclairage précieux. C’est pourquoi nous avons commencé notre description des différents compléments par la fonction de complément d’objet et avons repoussé, quelques chapitres plus loin, l’étude du sujet.
Pour aider les élèves à identifier les fonctions des mots, nous proposons une méthode ordonnée, logique et simple. Lorsque les élèves l’ont assimilée, elle leur paraît limpide. Ils s’aperçoivent que l’analyse - qu’ils pratiquent alors avec facilité - est un outil pour la compréhension des textes.
Après l’analyse grammaticale, nous pouvons aborder l’analyse logique, qui fait appel à la même réflexion et utilise la même méthode. Cet exercice, très apprécié des élèves, leur permet de dégager le sens de phrases longues et obscures et, en d’autres circonstances, de s’assurer qu’ils ne s’expriment pas en phrases bancales.
L’analyse logique retrouvera-t-elle sa place dans les cours de français ? Elle est une voie irremplaçable pour apprendre à bien rédiger, donc à diriger sa pensée.
Ces leçons ne prétendent pas rendre compte de la langue dans sa totalité. Il est toujours possible de trouver des faits de langue que l’on ne saurait analyser, des constructions qui ne sauraient entrer dans les tableaux que nous proposons. Loin d’être une faille, ces emplois rétifs à l’analyse constituent aussi la richesse du langage. Ils feront la joie de l’enseignant lorsque celui-ci se trouvera face à des élèves curieux, prêts à disputer sur le rôle de tel ou tel mot, comme le font depuis toujours les grammairiens avertis.
Nous avons volontairement laissé de côté l’étude de la morphologie. Non qu’elle nous semble secondaire. Mais nous avons pensé que cette étude ne nécessitait pas d’aide particulière, à l’inverse de l’analyse. Cependant, nous consacrons quatre chapitres à certains temps et à certains modes de la conjugaison. La sélection de ces formes verbales peut sembler arbitraire. C’est l’expérience des erreurs récurrentes qui a guidé notre choix.
On trouvera enfin un chapitre traitant de quelques « fautes » de prononciation trop souvent entendues.
Ce Précis s’adresse aux enseignants, non aux élèves : nous avons considéré que les connaissances de base étaient acquises. Le lecteur ne s’étonnera donc pas que certains termes soient employés avant d’être définis.
La nomenclature utilisée est celle qui a été élaborée par le GRIP1; celle-ci figure en annexe à la fin de l‘ouvrage.
Tous les exercices sont accompagnés de leur corrigé, sauf ceux qui demandent de laisser libre cours à l’imagination. Les exemples, variés, s’inspirent de la vie quotidienne ou sont extraits d’ouvrages d’auteurs reconnus.

Nous espérons qu’ainsi conçues, ces leçons apporteront aux enseignants une aide efficace.

ANALYSE GRAMMATICALE

I. LE CLASSEMENT DES VERBES
II. PRÉSENTATION DE L’ANALYSE GRAMMATICALE
III. LA NATURE DES MOTS
IV. COMMENT TROUVER UNE FONCTION - UNE MÉTHODE
V. VUE D’ENSEMBLE DES FONCTIONS
VI. LE COMPLÉMENT D’OBJET
VII. LE COMPLÉMENT D’ATTRIBUTION
VIII. LES COMPLÉMENTS CIRCONSTANCIELS
IX. LE SUJET (L’agent - le complément d’agent - la voix active - la voix passive)
X. LE COMPLÉMENT DU NOM. LE COMPLÉMENT DE L’ADJECTIF
XI. L’ATTRIBUT
XII. L’APPOSITION
XIII. L’APOSTROPHE
XIV. LES FONCTIONS DU PRONOM
XV. LES FONCTIONS DE L’ADJECTIF QUALIFICATIF
XVI. LES FONCTIONS DE L’ADVERBE
XVII. EXERCICES RÉCAPITULATIFS

ANALYSE LOGIQUE

XVIII. LA PHRASE - LA PROPOSITION
XIX. PRÉSENTATION DE L’ANALYSE LOGIQUE
XX. JUXTAPOSITION ET COORDINATION
XXI. LES PROPOSITIONS SUBORDONNÉES

ADDENDUM 1 : CONJUGAISON

XXII. LE PRÉSENT DE L’INDICATIF
XXIII. LE PASSÉ SIMPLE DU MODE INDICATIF ET L’IMPARFAIT DU MODE SUBJONCTIF
XXIV. LA CONCORDANCE DES TEMPS
Dans les subordonnées au subjonctif
Le mode subjonctif
Dans les subordonnées à l’indicatif
Le mode conditionnel
XXV. LE MODE IMPÉRATIF

ADDENDUM 2 : PRONONCIATION

XXVI. QUELQUES RÈGLES DE BASE

ANNEXE

NOMENCLATURE DU G.R.I.P.